Retour à la vue d'ensemble

Conseils pratiques et accessoires

En raison de l'intérêt manifeste du public pour une parfaite approche formelle du vin, on trouve dans le commerce une multitude d'accessoires en lien avec le vin. Certains sont indispensables, d'autres en revanche sont peu fonctionnels, voire entièrement superflus. Où est la norme? Où se situe le luxe? Qu'est-ce qu'un accessoire superflu?

Les décanteurs

Le décanteur à vin, ou appareil à décanter, permet de transvaser un vin en toute tranquillité, de manière régulière et un brin cérémonieuse. Il existe un grand choix de modèles au look plus ou moins design. La bouteille est fixée de biais dans l'appareil, avec l'ouverture vers le haut. Avec une manivelle, le goulot de la bouteille est progressivement abaissé vers le bas. Une bougie éclaire l'opération: à tout moment, il est possible d'observer si d'éventuels résidus ou dépôts parviennent dans le goulot. Conclusion: objet de luxe.

Les rafraîchisseurs

Qu'il s'agisse du classique seau à glace pour le champagne, de la glacette acrylique plus moderne, de la manchette réfrigérante, toujours pratique, ou d'un rustique pot en terre cuite: il y en a vraiment pour tous les goûts. Peu importe la technique, pourvu que la température finale du vin soit la bonne.

Les rafraîchisseurs

Si l'on veut savourer un vin blanc ou un champagne sans être obligé de courir sans cesse au réfrigérateur, un rafraîchisseur à vin s'impose. Le choix est vaste.

Les manchettes réfrigérantes que l'on conserve dans le compartiment congélateur du réfrigérateur sont toujours très pratiques. Elles sont faciles à enfiler sur les bouteilles, elles rafraîchissent le vin en quelques minutes et le maintiennent bien frais. Simple ou élégant, le seau à champagne que l'on remplit de glace est une variante qui a du style. Il suffit de s'assurer que la bouteille ait suffisamment de place au milieu de la glace et de l'eau. Le principe du rafraîchisseur à vin en terre cuite est le suivant: on le passe d'abord à l'eau froide, puis l'évaporation de l'humidité garde la bouteille au frais. La glacette acrylique dispose d'un capitonnage qui isole la bouteille et ralentit son réchauffement. Le rafraîchisseur électrique permet de refroidir le vin exactement à la température voulue et de le conserver toute la soirée à la température de service idéale. Conclusion: quel que soit le système retenu, le rafraîchisseur est un must.

Le thermomètre à vin

La perception d'un vin est largement tributaire de sa température. Avec ou sans thermomètre à vin, une vérité s'impose: c'est la température du vin dans le verre qui est décisive.

Le thermomètre à vin classique se place directement dans le vin. L'extrémité de la tige est plus ou moins longue selon qu'elle doit être plongée dans la bouteille ou dans le verre. Autre solution pratique: les bandeaux flexibles. Adaptables, ils enserrent la bouteille de vin et en donnent la température. Conclusion: le thermomètre peut être un atout si l'on ne dispose pas d'une cave à vin de température constante et contrôlée.

Le coupe-capsule

L'accessoire pratique par excellence: d'un geste simple, il permet de découper la capsule proprement et avec précision. Mais les puristes ne renonceraient pour rien au monde au rituel qui consiste à enlever la capsule avec le petit canif du tire-bouchon.

Posez l'instrument muni d'une petite lame sur le goulot, faites pivoter et l'affaire est faite: la capsule est découpée proprement. Dès qu'on a pris l'habitude de l'utiliser, on ne peut plus s'en passer. De nombreux tire-bouchons ont un coupe-capsule intégré, ce qui est bien pratique. Le risque de se blesser est inexistant, car la lame sur roulettes est montée à l'intérieur. Aujourd'hui, les capsules sont souvent composées de stanniol, une substance 100% recyclable. En fait, le stanniol est de l'étain, dont la valeur marchande est de 18.- dollars le kg. Certains enfants d'œnophiles, au sens des affaires bien aiguisé, collectionnent ces "déchets" pour se faire quelques sous. Conclusion: objet standard à posséder.

Le tire-bouchon

On trouvera sur le marché une grande variété de tire-bouchons. Ils ont pourtant tous la même vocation: retirer le bouchon proprement et simplement de la bouteille.

Le tire-bouchon existe depuis qu'il existe des bouchons. La variété des modèles est telle que certains amateurs de vin les collectionnent. Ceux qui s'intéressent à cette multiplicité des modèles peuvent se rendre sur www.korkenzieherfreunde.de. Tout amateur de vin se doit de posséder un bon tire-bouchon: cela fait partie de l'équipement de base. Le point le plus important, c'est la spirale (la vrille): elle doit être creuse, visser et non perforer. La spirale ne doit pas entrer en contact avec le vin. Le tire-bouchon le plus classique est le tire-bouchon dit sommelier, avec une mèche à vrille, un couteau et un levier. Pour les non-initiés, il a le désavantage d'obliger à tirer le bouchon de biais. Le marché ne cesse de proposer de nouveaux modèles, souvent sophistiqués. Certains tire-bouchons à vis sans fin Screwpull permettent même de se passer de levier. Les pinces latérales s'adaptent au goulot par le biais du support interne, de sorte que la vrille élastique se trouve automatiquement centrée sur le bouchon. Il suffit de tourner toujours dans le même sens, et le bouchon est extrait du goulot sans aucune peine. Quant aux modèles à levier, grâce à un support spécial ils requièrent nettement moins de force pour extraire le bouchon. Conclusion: objet standard à posséder.

Le tastevin

Aujourd'hui, cet antique récipient qui servait à la dégustation du vin n'est plus guère utilisé qu'en France, surtout en Bourgogne. A l'origine, cette coupe servait en œnologie à examiner les prélèvements du tonneau. Les creux et les bosses intentionnels pratiqués dans le métal multipliaient les reflets de la lumière ambiante, ce qui permettait d'analyser la robe d'un vin même dans la pénombre. Les antiques tastevins en argent sont devenus des objets de collection. Conclusion: objet de collection.

La pompe à vide d'air et son bouchon

Le contact avec l'oxygène de l'air altère le vin. C'est pourquoi il importe de conserver correctement les bouteilles entamées. Le vin rouge est plus sensible aux atteintes de l'oxygène que le vin blanc. De même, le vin vieux est plus sensible que le vin jeune.

L'oxydation, donc le déclin d'un vin, se produit dès l'instant où celui-ci est en contact prolongé avec l'oxygène. Les pompes à vide d'air permettent de conserver plusieurs jours un reste de vin dans sa bouteille. Le maniement est un jeu d'enfant: mettre le bouchon à vide d'air et pomper l'air qui se trouve à l'intérieur. En évacuant ainsi l'oxygène, on crée les conditions d'une conservation sous vide. Une autre méthode pour conserver un vin entamé est le gaz sous pression. Il s’agit d’un spray contenant du gaz sous pression et équipé d'un petit tuyau. En introduisant le gaz dans la bouteille, on en chasse l'oxygène. Après cette opération, on referme la bouteille avec son bouchon d'origine. Ce procédé crée une couche de protection efficace à la surface. La solution la moins onéreuse consiste à verser le vin entamé dans une plus petite bouteille, de fermer celle-ci avec un bouchon et de la déposer au réfrigérateur jusqu'au lendemain. Conclusion: cet achat ne se justifie que s'il vous arrive assez souvent de ne pas terminer une bouteille.

La carafe

Certaines ont l'élégance italienne, d'autres la sobriété nordique: le marché regorge de carafes en tout genre. Tout est permis. La seule chose dont il faut tenir compte, c'est la forme de la carafe: pansue pour les vins plus jeunes, effilée pour les vins plus âgés.

La carafe fait partie de l'équipement de base de tout amateur de vin. On met les vins jeunes en carafe pour les aérer; on décante les vins vieux pour les séparer de leurs dépôts. C'est la raison pour laquelle on utilise pour les vins jeunes des carafes pansues, avec un calice large, qui offre au vin une vaste surface, et un col effilé. Pour les vieux vins, on optera pour une carafe effilée, plus haute que large. Si l'on respecte ce principe, toutes les formes sont autorisées, sans limites.

Il existe également des becs verseurs à décanter, qui ont pour effet d'aérer le vin durant son trajet entre la bouteille et le verre. Le verseur à décanter a été inventé par le physicien italien Giovanni B. Venturi. Autre manière d'aérer le vin rouge: l'entonnoir. Il est généralement assorti à la carafe et équipé d'un filtre spécial pour la décantation du vin. Conclusion: quel que soit le système retenu, il est recommandé d'avoir une carafe.

Le déboucheur de champagne et la fermeture hermétique

Il existe plusieurs façons d'ouvrir une bouteille de champagne. La déboucher des deux mains est sans aucun doute la plus élégante. L'ouvrir à l'aide d'un déboucheur de champagne est certainement la plus efficace. Sabrer le champagne, c'est-à-dire faire sauter le bouchon d'un coup de sabre, est de loin la plus spectaculaire.

La pression à l'intérieur d'une bouteille de champagne est considérable. C'est pourquoi il est recommandé de l'ouvrir dans toutes les règles de l'art et avec la prudence qui s'impose. Pendant que l'on défait précautionneusement l'agrafe en fil de fer qui maintient le bouchon et qu'on éloigne la capsule, la bouteille doit être tenue légèrement inclinée (le bouchon dans la direction opposée aux personnes de l'assistance!). On empoigne le bouchon fermement d'une main, tandis que de l'autre on fait simultanément pivoter la bouteille. Le bouchon ne doit pas sauter, mais au contraire glisser doucement hors du goulot. Une bouteille de champagne s'ouvre en silence, ce qui est toujours plus facile à dire qu'à faire. C'est là qu'un déboucheur de champagne peut s'avérer utile. Certains modèles permettent même d'enlever le fil, la feuille et le bouchon d'un seul et même geste. Le modèle classique se présente comme une pince munie de griffes. Celles-ci s'accrochent aux fentes du bouchon. D'une petite torsion du poignet, le bouchon cède sans résistance. La légende veut qu'une petite cuillère placée dans le goulot d'une bouteille de champagne entamée permet d'en conserver les bulles. Il existe aujourd'hui des fermetures hermétiques plus appropriées, plus efficaces et plus esthétiques. Conclusion: il peut effectivement arriver qu'on ne finisse pas une bouteille de champagne.

Le bec verseur

Il existe une grande diversité de modèles de becs verseurs, qui visent tous le même objectif: éviter les gouttes lors du service.

L'élégant set à champagne de Screwpull: la griffe permet d'extraire sans peine le bouchon à champagne, le système de fermeture hermétique empêche les gaz de passer et prolonge la durée de vie des bulles.

Texte: List Medien AG / Belinda Stublia