Retour à la vue d'ensemble

Souscription Bordeaux nouveau

2015 est une grande année pour les vins de Bordeaux notamment parce que des centaines de "petits vins" sont de belles réussites.

"Une vieille règle d'or dit qu'il est de bon ton d'acheter des grands bordeaux les petites années et des petits les grandes années." Je me réjouis tout particulièrement de pouvoir vous présenter une sélection de tels vins. Notre objectif n'était pas simplement de choisir pour vous les meilleures bouteilles mais de vous soumettre une palette de styles et d'appellations inconnues, allant du castillon avec ses tannins souples aux grands crus de Margaux en passant par un blaye ou un graves, au caractère affirmé. A une exception près, il s'agit de vins de viticulteurs que je connais et que je suis, pour la plupart, depuis un demi-siècle. L'expérience et le vin ont un point commun: le partage.

Faites-vous plaisir!

Rolf Bichsel

Galerie

  • Château Brondelle

  • Château Deyrem Valentin

  • Château Grand-Maison

  • Château les Jonqueyres

  • Château Moulin de Clotte

Château Brondelle

Vigneron dans l'âme, Jean-Noël Belloc pratique la viticulture comme un artisanat d'une grande précision, dans la droite lignée du travail de pionnier commencé par son père.

Le vignoble des Graves, au sud de Bordeaux, compte parmi les plus anciens du Bordelais, et parmi les plus méconnus, tout comme Jean-Noël Belloc, propriétaire et viticulteur. Lorsque Jean-Louis Turtaut, le grand-père de Jean-Noël, achète le domaine de Château Brondelle en 1927, plus aucune vigne n'y pousse, malgré la bonne réputation de ce vignoble avant la crise du phylloxéra. C'est la raison pour laquelle Jean-Louis Turtaut utilise tout d'abord ce domaine pour l'élevage et la culture du tabac. Il ne réserve à la vigne qu'une parcelle d'à peine 2,5 hectares, et des moins fertiles de surcroît. A partir de 1968, son gendre Roger Belloc étend le vignoble à 8 hectares, sur une terre graveleuse d'excellente qualité qui a donné son nom à cette région. Il reprend la gestion du domaine familial en 1994 et l'agrandit petit à petit pour atteindre en tout 65 hectares de vignes donnant trois appellations: "Bordeaux Supérieur", "Sauternes" et "Pessac Léognan". La perle de cette fière entreprise familiale reste toutefois Château Brondelle et ses 20 hectares de vignes qui s'étendent tout autour de la propriété et qui donnent naissance à deux cuvées de vin blanc et à deux cuvées de vin rouge. Le "Grand Vin", cuvée rouge des plus raffinées, est issu de trois hectares de parcelles minutieusement sélectionnées.

Château Deyrem Valentin

Depuis 1996, Christelle Sorge travaille aux côtés de son père, Jean, au domaine familial de Deyrem Valentin, une des dernières véritables perles à Margaux, un haut-lieu parmi les crus classés.

Très tôt, Christelle Sorge a su quel métier elle ferait. Elle a donc fait des études d'œnologie à Bordeaux et complété ses connaissances en vin par des séjours au Chili et en Argentine. En 1999, elle réalise sa première cuvée en solo et prend en charge la direction technique du Château Deyrem Valentin, un domaine entouré de crus mondialement connus tels que le Malescot Saint-Exupéry, le Cantenac Brown et le Labégorce, et qui appartient à la famille depuis 1928. Si son père cultivait des vins acidulés et charpentés dans un style tout à fait traditionnel proche du Pauillac, Christelle a voulu revenir quant à elle à ce qui caractérise plus communément les margaux: finesse, moelleux et élégance. «C'est vrai, j'aime le côté féminin des margaux», explique-t-elle. Ainsi, elle travaille avec beaucoup de doigté et de réserve lors de la vinification, évitant les temps d'extraction extrême et l'élevage prolongé en fût. Les 13 hectares de vigne qui entourent la propriété reposent sur de profondes couches de graviers, un autre trait de caractère que les Deyrem Valentin, vins non classés, ont en commun avec les crus classés. Celui qui possède une terre d'aussi bonne qualité est conscient de ce qu'il lui doit...

Château Grand-Maison

Petit domaine raffiné d'appellation "Côtes de Bourg", Château Grand-Maison est le fruit du rêve commun de Hervé Romat, œnologue, et de François Tailliez, négociant en vin, devenu réalité en 2004: posséder ses propres vignes.

L'appellation "Côtes de Bourg" fait référence à une petite région viticole située sur la rive droite de la Gironde, à quelque 40 kilomètres au nord de Bordeaux. Parfois appelée "Suisse Girondine", cette zone vallonnée est réputée pour donner des vins présentant un excellent rapport qualité-prix.

Situé sur une hauteur, le domaine de Grand-Maison est orienté plein sud et surplombe l'ancien port de pêche de Bourg sur Gironde. Une excellente situation améliorée encore par la proximité de la Gironde, un confluent de la Garonne et de la Dordogne, qui atteint ici déjà une belle largeur. Les vents de l'Atlantique assurent à la vigne une aération constante, créant ainsi un microclimat particulièrement sain. Ce petit domaine a été fondé en 1850, à une époque où les Côtes de Bourg étaient encore largement couvertes de noir de Pressac (dénomination régionale pour le malbec). Très apprécié en Argentine, cet ancien cépage a pratiquement disparu des vignobles du Bordelais, sauf à Grand-Maison, où on lui est resté fidèle: près de 20 %des 6,5 hectares de vignes sont couverts de cette variété séduisante, que viennent compléter des pieds de merlot et un peu de cabernet franc. Hervé Romat, par ailleurs conseiller en vin à Bordeaux mais aussi dans des pays comme la Géorgie, le Chili ou le Liban, et François Talliez mettent toute leur énergie pour créer un vin fruité et moelleux capable de dévoiler ses caractéristiques de bordeaux dès son plus jeune âge, mais aussi de bien vieillir. Ici, cultiver la vigne en harmonie avec la nature est une évidence, une tâche qui se fait grâce à des méthodes telles que la production intégrée, l'enherbement des rangs de vigne, le ramassage manuel et un pompage respectueux.   

Château les Jonqueyres

A la fin des années 1980, un jeune vigneron extravagant fait sensation avec un vin qui, lors de dégustations à l'aveugle, bat à plates coutures des bordeaux bien plus réputés. Il est devenu aujourd'hui un viticulteur chevronné et ses vins n'ont rien perdu de leur superbe.    

Avec 6500 hectares de vignes, le vignoble de Blaye est le plus grand de toutes les "Côtes". Pascal Montaut est né ici et a passé sa vie dans un rayon de cinq kilomètres, comme il aime le préciser le sourire aux lèvres. En 1977, le jeune homme de 20 ans reprend le petit coteau et la vieille cave de son grand-père situés dans le hameau de Saint-Paul. Il introduit la mise en bouteille automatisée, commence à élever ses vins en barrique - une pratique tout à fait exceptionnelle à l'époque à Blaye - et donne naissance à un cru époustouflant. Considéré comme le meilleur vin de la région, il fait fureur aussi dans toute la France, et en Suisse. En 1989, le magazine Vinum le porte en triomphe comme "découverte ultime", aux côtés de Moulin Haut-Laroque, de Fronsac, et d'Alain Brumont de Madiran.      

Aujourd'hui, Pascal Montaut cultive 11 hectares de vignes très anciennes qui poussent sur des sols sablo-argileux et calcaires. Convaincu depuis toujours que les méthodes naturelles sont les meilleures, ses "Jonqueyres" sont certifiés bio depuis 2012. Il produit des vins qui lui ressemblent trait pour trait, des crus bien structurés au caractère prononcé. S'ils peuvent paraître peu épanouis au cours de leurs premières années (comme nombre de vins qui sont conçus pour durer), une fois atteinte leur pleine maturité, ces vins déploient un fruité éblouissant ainsi qu'une plénitude et un velouté dont les grands millésimes des années 1985 ou 1989 témoignent jusqu'à aujourd'hui. 

Château Moulin de Clotte

Fille d'agriculteur, originaire de Dunkerque, Françoise Lannoye fait l'acquisition, en 2001, d'un domaine de 40 hectares à Castillon, dans le vignoble des Côtes de Bordeaux.

Château Moulin de Clotte est une appellation "Castillon" située sur la rive droite de la Dordogne, à environ 15 kilomètres à l'est de Saint-Emilion. Le nom "Clotte" fait référence à un hameau qui aurait vu le jour à cet endroit, où coulait une source.

Le vignoble a quant à lui été créé en 1890. Longtemps appelé «Près Saint-Emilion», en référence à sa proximité avec cette célèbre commune, ce vignoble aux vins séduisants répond aujourd'hui à l'appellation "Castillon" et fait partie de la famille des Côtes de Bordeaux. C'est ainsi que l'on désigne les vins provenant de plusieurs sous-régions dont la caractéristique commune est de pousser sur des coteaux pentus donnant pour la plupart sur la Garonne, la Gironde ou la Dordogne. Ces dernières années, de nombreux domaines renommés de Saint-Emilion ont investi à Castillon et dans ses alentours afin de pouvoir produire des vins bon marché dans le style du saint-émilion. Françoise Lannoye ne partage pas cette approche. Selon elle, les vins d'appellation "Castillon" ont leur propre caractère qui allie moelleux, fruité et fraîcheur. Sa cuvée Vieilles Vignes est issue d'une parcelle de deux hectares où des pieds de merlot vieux de 60 ans poussent jusqu'à l'entrée de la cave. Les sols argilo-calcaires de cette terre produisent un castillon particulièrement équilibré et léger, que Françoise Lannoye élève pendant 12 mois précisément, dans des fûts constitués à 40% de bois neuf, de sorte à préserver le caractère fruité du vin. La dynamique viticultrice du Nord, qui aimerait bientôt passer le relais à sa fille Céline, s'est parfaitement adaptée à sa région d'adoption. Elle est aujourd'hui présidente du syndicat viticole de l'appellation. Outre Château Moulin de Clotte, Françoise Lannoye possède deux autres domaines: Château Ambe Tour Pourret Grand Cru à Saint-Emilion et Château Lanbersac à Puisseguin.

La sélection de Bordeaux 2016

La sélection de bordeaux est disponible en ligne de la mi-mai à la fin septembre.

Vers la sélection