Retour à la vue d'ensemble

Dominio de Pingus

En 1995, le Danois Peter Sisseck vinifiait son premier vin à son nom, dans sa nouvelle bodega de la Ribera del Duero.

Ce tout petit projet prospéra à tel point que ce cru très distingué, qui porte le surnom danois de Peter, entra dans l’histoire. Le Pingus fut le premier vin espagnol à figurer dans le classement des 100 meilleurs crus du monde. Il entra dans la légende le jour où le bateau qui transportait les bouteilles du premier millésime destinées au marché américain sombra en route. Cette perte et une production de toute façon confidentielle firent du Pingus l’un des vins les plus recherchés du monde, et aussi l’un des plus chers d’Espagne. Sisseck cultive les 4 ha de vignes du Pingus en biodynamie. La fermentation s’effectue en grands fûts de chêne et en cuves inox. Et l’élevage a entièrement renoncé aux barriques neuves. D’une année à l’autre, ce vin mondialement connu affiche une complexité et une délicatesse impressionnantes. Pour le Flor de Pingus, le travail en cave est le même que pour le Pingus, sauf que là les raisins ne proviennent pas d’une petite parcelle isolée comme pour un Grand Cru, mais de 35 ha de vieilles vignes situées aux environs de La Horra, classées selon le principe des appellations Village. Le Pingus et le Flor de Pingus ont ceci en commun qu’ils sont cultivés dans l’ouest de la Ribera, ce qui n’est pas le cas du dernier projet de Peter Sisseck, les Bodegas y Viñedos Alnardo, situées à Aranda de Duero, dans le centre historique de l’appellation. Plus de 400 vignerons y sont associés, que le grand maître danois encourage ainsi à conserver leurs petites parcelles de très vieilles vignes. Équilibré, fruité et gourmand, le PSI est élevé en grands fûts de chêne, et pour une petite part (15%) en barriques usagées.

Pays Espagne