Retour au profil

Le pouvoir des femmes dans le monde vinicole: un avenir au féminin

Les vigneronnes sont plus que jamais présentes dans le monde de la viticulture. Voilà qui était encore inimaginable il y a peu, dans un secteur autrefois exclusivement masculin.

Il n'a pas été chose aisée pour Marie-Thérèse Chappaz, la célèbre vigneronne valaisanne, de se faire accepter à ses débuts, dans les années 80. La maître de chai du domaine thurgovien Bachtobel, au nom évocateur de Ines Rebentrost (littéralement "réconfort des vignes") a dû, quant à elle, subir les regards condescendants de ses pairs lorsqu'elle s'est présentée en 1996 à la haute école spécialisée de Wädenswil après ses études d'œnologie.

Cette époque est heureusement révolue, même si la place des femmes dans le monde vinicole fait encore souvent l'objet de questionnements et de critiques. Le prétendu "sexe faible" peut-il produire des vins d'excellence? Le travail dans les vignes et dans les caves n'est-il pas trop exigeant sur le plan physique? On ne se pose pas ce genre de questions lorsque l'on a l'occasion de déguster sans préjugés les vins de qualité produits par nombre de vigneronnes. Le résultat en bouche ne laisse pas de place au doute.

Ema Vollmer, vigneronne originaire de la Hesse rhénane, nous explique sa vision des choses: "Les femmes voient les choses différemment que les hommes et ont d'autres talents." Une chose formidable, puisque c'est la diversité qui donne toutes ses nuances au tableau. La productrice engagée, qui a transformé la petite exploitation de ses parents en un prestigieux domaine, élabore des vins denses, de caractère, avec toutes leurs aspérités. Des caractéristiques que l'on retrouve dans le vin du mois de septembre de Mondovino, le pinot blanc artisanal Edition Peter Keller 2017. Voilà de quoi réjouir les plus grands œnophiles.

Eva Vollmer n'est toutefois pas la seule à ce niveau. Depuis quatre ans, Mondovino propose en exclusivité les rieslings exceptionnels d'Eva Fricke, du Rheingau. Partie de rien, cette Allemande a construit son petit domaine seule et sans soutien financier, juste par la force de sa passion et de son travail. D'autres femmes ont la chance de pouvoir faire fructifier une entreprise existante comme Silvia Heinrich, originaire du Burgenland autrichien, dont le vin a également fait partie de l'édition Peter Keller. Ces vigneronnes ne sont toutefois pas les seules dont je trouve les accomplissements formidables. Je dois également citer la Portugaise Filipa Pato, la Bourguignonne Amélie Berthaut ou la Sicilienne Arianna Occhipinti, qui sont en effet d'autres exemples notables de succès. Avec leurs grands vins, elles anoblissent encore le secteur et démontrent que l'avenir de ce marché doit être envisagé au féminin.

Peter Keller

Données personnelles

Veuillez vous connecter.
Cette fonction n’est accessible qu’aux utilisateurs enregistrés.
Connexion Inscription Fermer les notes de dégustation