Retour au profil

Le charme des vins méconnus

La marques ou les noms connus ont la vie facile. Tout le monde les connaît et on les réclame justement parce que tout le monde les connaît. Mais avec le temps, on peut s'en lasser. On observe la même évolution pour le vin. Prenons l'exemple de l'Italie. Si on prononce les termes "régions viticoles", on entend aussitôt comme en écho la Toscane et le Piémont, éventuellement aussi le Tyrol du Sud, très prisé des touristes suisses. Si on parle des vins, ce sont le Chianti Classico et l'Amarone qui sont sur toutes les lèvres, éventuellement le Barolo et, bien entendu, le Primitivo, le vin rouge le plus vendu ici.

Il est vrai que nager dans le sens du courant, c'est confortable, mais on risque de passer à côté d'une pépite, d'un joyau, d'un trésor inexploré. Et justement, un pays viticole comme l'Italie a beaucoup à offrir dans ce registre, notamment l'Ombrie. Cette région pittoresque qui se tient à l'écart du tourisme de masse vit dans l'ombre de ses concurrentes d'un point de vue œnologique. Ses 17 000 hectares de vignes représentent à peine 2% de la surface encépagée en Italie. C'est aussi la seule région qui ne puisse se targuer d'une frontière maritime ou étrangère. Mais c'est tout de même en Ombrie qu'on trouve le lac Trasimène, un lieu idyllique qui est aussi le quatrième lac du pays en superficie.

Côté viticulture, beaucoup de choses ont changé au cours des dernières décennies, même si l'Ombrie est constamment éclipsée par son colosse de voisin, la Toscane, car c'est un fait: les vins toscans sont plus connus et plus appréciés que les crus ombriens. Au début des années 60, Giorgio Lungarotti a posé de nouveaux jalons pour le vin rouge à Torgiano. Il a planté de nouveaux vignobles, fait des expérimentations avec de nouveaux et d'anciens cépages et misé sur les petits fûts de bois neuf. De nombreux vignerons l'ont imité par la suite. Ils ont su prouver, et continuent de le faire, qu'on pouvait produire des crus de qualité dans cette région, faisant presque oublier au passage le vin local le plus connu jusque-là, l'Orvieto blanc. Tout comme en Toscane, le sangiovese est le cépage dominant parmi les rouges. Certes, les tannins et l'acidité doivent être jugulés, mais les viticulteurs y arrivent bien, et en diminuant les rendements, ils obtiennent des crus pleins de caractère. Les experts s'accordent à voir un grand potentiel dans le sagrantino, un cépage local. Aux environs du village de Montefalco, on voit apparaître des vins tanniques et pleins en bouche avec un bon potentiel de vieillissement. C'est là que Lungarotti a établi un second domaine. Mais c'est de Torgiano que provient ma sélection du mois d'avril. L'Umbria Rosso Edition Peter Keller 2017 est vinifié exclusivement à partir de sangiovese. C'est un vin de bonne facture pour tous les jours proposé à un prix avantageux.

 

Umbria Sangiovesse IGT Peter Keller Edition Lungarotti 2017

Ce vin affiche une robe rubis d'intensité moyenne et dévoile un bouquet fruité et épicé, légèrement floral. Au palais, il séduit par son caractère fruité et sa fraîcheur, avec des tannins et une acidité perceptible bien intégrés. Il présente un corps moyennement charpenté, une bonne structure, … Voir le produit
CHF 15.95
75cl (10centilitre = 2.13)
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
bouteilles dans le panier placer
6

disponibilité