Retour au profil

Italie

Aucune autre boisson ne présente une aussi grande diversité que le vin, en commençant par sa couleur: rouge, blanc, rosé et même orange depuis peu, et en passant par son type: sec, doux, mousseux, muté. Penchons-nous aujourd'hui de plus près sur les vins rouges secs, qui représentent la majeure partie de la production mondiale.

Puissance ou finesse? Telle est la question!

Pour simplifier, nous dirons que les crus se divisent en deux catégories: les fruités d'un côté et les corsés, minéraux et animaux de l'autre. A l'intérieur de ces deux groupes, il faut ensuite déterminer vers quels arômes s'oriente le nez et si le vin présente beaucoup ou peu de tannins. Voici deux, trois exemples: les crus raffinés vinifiés à partir de cabernet sauvignon ou issus du Priorat espagnol ont tendance à développer des arômes de baies noires et une matière très tannique. Pour des crus moins fruités, plutôt marqués par des arômes de fumée, de tabac et de cuir et très tanniques, on pensera aux vins français de Cahors ou à ceux d'Italie du Sud vinifiés à partir d'aglianico. Les vins de la Valpolicella, quant à eux, ont un nez de baies noires et affichent rondeur et souplesse, mais avec une certaine opulence.

 

La corpulence d'un vin se retrouve d'une part dans sa structure tannique et d'autre part dans sa teneur en alcool. Un Valpolicella et à plus forte raison un Amarone titrent 14,5% vol. voire davantage. Ils révèlent des tannins suaves et bien intégrés. C'est un style de vin apprécié par de nombreux consommateurs car il présente moins d'aspérités. Les primitivos, qui ont souvent en plus une teneur en sucres résiduels plus ou moins élevée, ont des propriétés similaires. Les vins paraissent alors massifs, puissants, voire opulents, d'autant que la teneur en acidité se trouve plutôt en limite basse.

 

Un ou deux verres suffisent bien souvent car on se lasse relativement vite des crus attrayants à la première gorgée. On apprécie davantage de boire des vins sur la fraîcheur et l'acidité à condition qu'ils soient sveltes. L'élégance et le raffinement sont leurs atouts, ce qui rend certes la première approche un peu plus difficile mais amène une plus grande complexité à la deuxième gorgée. Lors d'une dégustation à l'aveugle, ces vins tout en discrétion ont du mal à s'imposer face à leurs rivaux tonitruants. Et parfois, on trouve un compromis, comme le vin du mois d'octobre, le Valpolicella Camporenzo 2014 de l'Azienda Monte Dall'Ora. S'il offre une matière dense et puissante, il n'en reste pas moins qu'il affiche aussi une élégance presque bourguignonne.