Retour au profil

Les bordeaux ne doivent pas forcément être chers

Margaux, Cheval-Blanc, Mouton-Rothschild, Pichon-Lalande: voilà des noms de châteaux bordelais – pour ne citer que ceux-là – que l'on fait tourner en bouche comme des bonbons. La seule évocation de ces crus français suffit à provoquer un doux ravissement chez tous les amateurs de vins. Mais l'énorme demande dont ils font l'objet a un prix – au sens propre! –, qui n'a cessé d'augmenter ces dernières années, à tel point que les bouteilles affichant un prix à trois chiffres sont devenues la règle plutôt que l'exception. Et les millésimes anciens exigent un porte-monnaie de plus en plus rempli. Les vins de Bordeaux sont indéniablement devenus des produits de luxe.

Toutefois, l'élite du nectar des dieux ne constitue que 5% de la production totale du vignoble bordelais. Et pourtant, presque personne ne parle des 95% restants. Ces domaines ont souvent du mal à écouler leurs bouteilles et sont obligés de les vendre à bas prix. Le vignoble bordelais est immense: il compte environ 120 000 hectares de surface encépagée. Les appellations "Bordeaux" et "Bordeaux Supérieur" constituent à elles deux la moitié de cette surface. Les vins qui y sont produits peuvent être des rouges, des blancs, des rosés ou des mousseux. En cherchant un peu, on peut donc y trouver de bons, voire de très bons crus, y compris dans les appellations communales moins renommées telles que Fronsac ou Côte de Blaye.

L'inconvénient de ces vins, c'est que les domaines où ils sont produits ne sont pas connus, ou très peu. Alors qu'un Château Lafite-Rothschild ou qu'un Château Pétrus va se vendre pour ainsi dire tout seul, les noms inconnus ont du mal à se faire une place chez les consommateurs. En collaboration avec Business France, j'ai sélectionné une douzaine de châteaux inconnus et procédé à une dégustation critique de leurs vins, essentiellement des crus 2015, à Zurich. Et justement lorsque les millésimes sont excellents, les petits producteurs réussissent aussi à vinifier des vins remarquables ces années-là. Le trio sélectionné séduit par sa qualité, sa typicité et ses prix corrects. Ces trois bordeaux sont en vente exclusivement sur Mondovino et montrent bien qu'on peut faire de belles découvertes également dans une catégorie de prix intermédiaire. Les bordeaux ne doivent pas forcément être chers, nous en sommes convaincus.

 

Château Leroy-Beauval Bordeaux supérieur AOC 2015

Robe profonde aux reflets violets et son joli bouquet aux notes de baies noires et de tabac avec des accents boisés tout en délicatesse. Il offre en bouche une matière puissante et élégante sur des tannins mûrs, avec une acidité moyenne, avant de s'achever dans une finale de belle longueur. Voir le produit

10% de réduction à partir de 6 bouteilles commandées en ligne

CHF 17.50
75cl (10centilitre = 2.33)
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
bouteilles dans le panier placer
6

disponibilité