Retour au profil

Tourisme viticole: le vin suisse a du potentiel

Le développement du tourisme viticole peut-il renforcer l'image et accroître la notoriété du vin suisse?

Le principal pilier du tourisme viticole, ce sont les caves ouvertes que les touristes peuvent visiter. En permettant aux touristes de déguster les vins sur place, les viticulteurs ont en effet la possibilité de dynamiser leurs ventes directes et d'accroître ainsi leur chiffre d'affaires. C'est le cas, par exemple, lors de la Journée des caves ouvertes, qui se déroule chaque année en mai. Mais il y a également d'autres manières de découvrir le vin: hôtels de charme, qui associent bons vins et gastronomie, routes des vins, manifestations viticoles et dégustations en tout genre. Des activités comme les balades viticoles, à pied ou en vélo, permettent de découvrir les régions où l'on cultive la vigne. Par définition, on parle de tourisme viticole dès que le vin constitue le principal centre d'intérêt d'un voyage. Pour que le tourisme viticole soit couronné de succès, il importe que les divers fournisseurs de vin œuvrent en étroite collaboration avec les prestataires d'offres touristiques: agences de voyages, offices du tourisme, centres d'informations touristiques, hôtels, restaurants et autres institutions d'utilité publique.

La Suisse est un petit pays, qui a pourtant la chance d'offrir une très grande diversité de vins. On cultive dans notre pays rien moins que 52 cépages différents. Le tourisme viticole également brille par sa diversité. Dans certains cantons viticoles de Suisse (Vaud, Valais et Tessin), dans les régions complantées en pinot noir et dans le territoire vinicole grison, les offres œnotouristiques alléchantes ne manquent pas. Connues pour la richesse de leur vignoble, ces régions proposent par exemple des balades viticoles, des musées du vin, des fêtes vigneronnes et d'autres activités touristiques tournées vers la découverte du vin. Vous en trouverez quelques-unes dans notre calendrier des manifestations.

En Valais et dans les régions à pinot noir, il y a même des possibilités d'hébergement; on peut en effet passer la nuit chez le vigneron, dans des chambres d'hôtes ou, plus original, dans des barriques.

Le tourisme viticole a un bel avenir devant lui, surtout si la Suisse parvient à se profiler aux yeux des touristes œnophiles comme un pays à la fois moderne, authentique et séduisant. Pour assurer le succès de cette commercialisation, il importera également de créer un puissant label "vin suisse" et d'obtenir la collaboration coordonnée de toutes les organisations concernées ou proches de la branche. Il existe également de nombreux liens stratégiques et particulièrement attractifs entre la gastronomie et la viticulture. C'est en associant vin & randonnée, ainsi que vin & culture, que l'on trouvera les potentiels de synergie les plus importants.

Et si l'on parvient à créer des offres suffisamment larges et attractives, présentées sur une plate-forme commune, le tourisme viticole a toutes les chances de se développer en Suisse et d'accroître ainsi la notoriété de nos vins. A l'heure actuelle, les vins suisses sont parmi les meilleurs ambassadeurs de notre pays à l'étranger. Et d'une année à l'autre, nos vignerons redoublent d'efforts pour tirer le meilleur parti de leurs vignes. Grâce à ces visiteurs satisfaits et fidèles, il sera possible de renforcer l'image de marque du vin suisse et d'accroître aussi bien la consommation intérieure que l'exportation.

Texte: Sylvia Berger